top of page
  • Retour à Montechiarro - couverture souple
  • Retour à Montechiarro - couverture souple
  • Retour à Montechiarro - couverture souple
SKU : 9782875864536

Retour à Montechiarro - couverture souple

25,00 €Prix

En 1855, dans le petit village toscan de Montechiarro, le père Baldassare gravit le chemin de la prestigieuse Villa Bosca en compagnie du tout jeune orphelin Adriano Lungo. Cet immense domaine est la propriété du comte Bonifacio Della Rocca, père d’un petit garçon et abandonné par la femme qu’il aimait éperdument : la princesse Lætitia Malcessati.

En 1919, la crise économique frappe l’Italie. Agnese, la petite-fille du comte Della Rocca, se voit contrainte d’épouser un fils de notable aussi obtus que violent, Salvatore Coniglio, afin de sauver la propriété familiale.

En 1978, Lætitia, l’arrière-arrière-petite-fille de la princesse Malcessati, revient à Montechiarro, ignorant tout des cinq générations de femmes qui s’y sont battues et y ont souffert le pouvoir absurde des hommes en quête de vaines révolutions.

Le Risorgimento, le fascisme, les années de plomb : chacune de ces trois périodes clés de l’histoire italienne sert de cadre à cette magnifique saga où les femmes cherchent à être heureuses et à rendre heureux, tandis que les hommes aspirent à conquérir le pouvoir et la gloire par la force, la ruse ou l’argent.

  • Le point de départ de ce roman : "Saint-Agnes and the burning Train", un morceau à la guitare, sans parole, de Sting. Quand j'ai entendu ce morceau, je me suis dit : "Il y a une histoire là-dedans"… Une histoire qui se passait au soleil, avec un avant et un après (la même mélodie qui revient), un passage central sombre (la guerre ? évidemment, la guerre !) qui fait que les choses recommencent après, mais plus tout à fait de la même manière.

    Le soleil, cela ne pouvait être que la Toscane. Et plus particulièrement, cette région sublime du Val d'Orcia, que je venais de découvrir, et Pienza.

    Et petit à petit, écoute après écoute, l'histoire s'est développée. Raphael et Lætitia, que j'avais déjà créés dans la nouvelle "romansonge" publiée en 1995, sont revenus, en passant par Venise. Venise, évidemment. Et ce qui, au départ, était une mélodie de 3 minutes est devenu un roman de 800 pages… et le point de départ d'une suite de 5 romans, tous indépendants et, en même temps, interconnectés, rassemblés désormais dans Le Monde d'Asmodée Edern, présent presque dès les premières pages de ce Retour

bottom of page