top of page
  • Quelle est la ligne éditoriale des éditions Edern ?
    Il n’y a pas une ligne éditoriale; chaque partenaire, membre de l’équipage, peut apporter des manuscrits et les faire publier, parce qu’il ou elle estime qu’ils en valent la peine. Nous sommes bien entendu tous convaincus que ces textes doivent répondre à des critères d’exigence littéraire, dans le style et la composition; mais cela laisse une grande marge de liberté pour accueillir des univers et des styles très variés, dans une grande variété de genres.
  • Je suis libraire et je souhaite vendre vos livres
    Tous nos livres peuvent être commandés (ferme) via la Sodis, ou en vous adressant directement à nous, avec une remise de 30 %. Seuls les achats fermes sont acceptés. Les frais d’envoi sont à votre charge. Si vous êtes dans un périmètre proche, nous vous les livrerons gratuitement. Vous pouvez aussi devenir prescripteur: cela signifie que les clients de la boutique en ligne pourront, lors de la validation de leur achat, vous désigner dans une liste comme prescripteur, ensuite de quoi, à la fin de l’année, vous recevrez 10% de la marge nette. Contactez-nous pour plus d’information : info@ederneditions.com.
  • Quels sont les genres littéraires publiés par les éditions Edern ?
    Nous avons défini quatre collections. Les Romanesques : les romans très narratifs, « romanesques » justement, qui racontent des histoires, des aventures… Les Contemporains : des romans davantage centrés sur le style ou l’introspection, qui expérimentent des formes nouvelles. Les Parallèles : les romans de genre (science-fiction, fantastique, heroic-fantasy…). Les Contrebandes : toutes les autres formes, car nous ne voulons fermer la porte à aucun texte de qualité et qui, pour des raisons commerciales, ne pourrait trouver sa place chez aucun éditeur. Les Poétiques : de la poésie, tout simplement. Les Analyses : des essais centrés sur la littérature ou la francophonie, soit de niveau universitaire, soit destinés à un public plus large.
  • Quelle est la différence entre un éditeur « classique » et Edern éditions ?
    Distinguons deux types d’éditeurs classiques. L’éditeur parisien, celui dont rêve tout auteur : ces maisons prestigieuses sont pour leur grande majorité, désormais, propriétés de groupes industriels qui cherchent avant tout le profit. Même si les maisons conservent une part d’indépendance, elles sont de plus en plus soumises à des règles de rentabilité qui ne permettent plus vraiment ce qui a permis à ces éditeurs historiques d’acquérir leur prestige : la prise de risque. Miser sur un auteur, une autrice débutante, et attendre que le succès arrive – ou non. Le « petit » éditeur, qui n’est « petit » que par le manque de moyens financiers à sa disposition pour promouvoir et défendre ses titres, qui n’a pas accès à une distribution de qualité et qui dépend trop souvent de subsides. Ces deux types d’éditeurs ont un point commun : ils fonctionnent selon une chaîne du livre bâtie sur le principe: un tirage plus ou moins important ; un placement chez les libraires par un diffuseur/distributeur ; une période très courte pour faire vivre le livre ; un retour des invendus qui sont détruits parce que le tri et le stockage coûtent trop cher. Au-delà de cette période, le livre est mort. Edern éditions rompt avec cette chaîne. Nous ne ferons pas de tirage initial, mais les libraires pourront le commander (ferme) via la Sodis ; en privilégiant l’impression à la demande et le numérique, en travaillant autrement la promotion, nous augmentons la part bénéficiaire pour les auteurs et la durée de vie des titres. Et c’est une autre différence : le partage des bénéfices. Chez Edern éditions, il ne s’agit pas d’un pourcentage sur le prix de vente du livre HTVA mais d’un vrai partage du bénéfice net. Dans tous les cas, le montant est plus important pour les auteurs — et souvent, beaucoup plus important. Il existe de nombreuses autres différences, qui se révéleront avec le temps, à commencer par cette opportunité de publier sous une identité fictive, dont le secret sera garanti par nous. Les différences sont clairement expliquées dans notre charte. Il est capital que toute personne souhaitant publier chez nous ait lu cette charte et y adhère.
  • Quel est le rythme de parution annuel ?
    Pour paraphraser Fernand Raynaud, disons que nous publierons un certain nombre de livres par an. Le fonctionnement choisi nous permet aussi cette souplesse : publier ce que nous voulons à peu près quand nous le voulons. Nous ne devons pas planifier de sortie avec des représentants ; nous ne devons pas financer l’impression d’un stock… Notre objectif est de toucher toute la Francophonie, tant pour les Plumes que pour le(s) public(s).
  • Qu’est-ce qu’un prescripteur ?
    Un prescripteur est une personne, une association ou une société qui, par son activité, est en mesure de conseiller à des acheteurs potentiels les livres vendus sur notre site. Lorsque le client valide son achat, il lui est proposé de sélectionner dans une liste le prescripteur qui l’a conseillé. Ce dernier recevra alors un pourcentage sur les ventes, quel que soit le type d’article (physique ou digital). Ces commissions seront versées une fois par an, et ne portent que sur les ventes faites sur notre site. L’inscription comme prescripteur est gratuite. Contactez-nous pour plus d’informations : info@ederneditions.com.
  • Quelle est la différence entre l’auto-édition et les éditions Edern ?
    La principale différence réside dans le fait que chaque texte publié bénéficie du regard et de l’accompagnement d’une Aile (une éditrice ou un éditeur professionnel, compétent et aguerri). Ensuite, l’équipe des éditions Edern offre au texte toutes les chances de toucher le public le plus large. Un texte auto-édité ne bénéficie pas du travail éditorial indispensable, même pour des auteurs aguerris. Il se retrouve ensuite noyé dans une masse énorme de titres sur les plateformes de vente, incapable de se faire remarquer et reconnaître. Autrement dit, les éditions Edern entendent prendre les avantages de l’auto-édition (souplesse, recours aux moyens modernes de distribution et diffusion…) sans ses défauts.
  • Quand payez-vous les redevances ?
    Ces redevances sont calculées une fois par an, fin décembre, et sont versées endéans le mois qui suit. En fonction de votre statut fiscal (indépendant ou en société), vous devrez fournir des informations et des documents qui nous permettrons d’établir au mieux le montant qui vous sera effectivement versé.
  • Y a-t-il un comité de lecture ?
    Non, il n’y a pas de comité de lecture au sens où il s’en trouve dans certaines maisons d’édition. Chaque Aile prend la responsabilité des titres qu’il valide pour la publication et personne ne pourra contester cette décision dans l’équipage. On peut dire qu’Edern éditions n’est pas « une » maison d’édition, mais un rassemblement d’autant d’éditions qu’il y a d’Ailes dans l’équipage.
  • Qu’est-ce que la Charte des éditions Edern ?
    C’est un document fondamental. Il détaille ce que nous nous engageons à faire et ce que nous ne ferons pas. Par réciprocité, il explique également ce à quoi les Plumes s’engagent. Les caractéristiques de notre projet sont déterminées par ce choix fondamental : le texte est plus important que son auteur. Par ailleurs, nous ne fonctionnerons pas dans le circuit du livre traditionnel, ce qui signifie qu’a priori, votre roman ne se trouvera pas dans les Fnac et autres « grandes » librairies. Nous construisons un réseau, qui comprend des libraires, mais qui nécessite aussi que tous les membres de l’équipage modifient leurs paradigmes et se considèrent partie prenante du succès des livres publiés.
  • Je suis libraire : puis-je être aussi prescripteur ?
    Oui, absolument ! Nous avons mis en place ce système pour vous permettre de défendre nos titres sans être obligés de les commander et de les stocker. Vous serez ainsi récompensés aussi pour la vente de livres électroniques ou de livres audio digitaux. Contactez-nous pour plus d’informations : info@ederneditions.com.
  • Publions-nous à compte d’éditeur ou à compte d’auteur ?
    Edern éditions publie à compte d’éditeur. Il n’y a aucune ambiguïté sur ce point. La différence réside dans le fait que, pour des « Plumes » débutantes, plutôt que de leur opposer une fin de non-recevoir pour des manuscrits non aboutis, nous leur proposerons des formations ou un accompagnement individuel. Ces options seront payantes ; mais le service offert sera de qualité professionnelle et aura pour objectif la finalisation et l’édition du manuscrit. Les Plumes auront également la possibilité d’acquérir des exemplaires à des conditions auteurs très avantageuses (minimum 50% de remise sur le prix de vente public), de les vendre (au prix fixé par l’éditeur) et de conserver le plein bénéfice de ces ventes. Mais cela reste une possibilité, pas une obligation, et aucune quantité minimum ne sera exigée.
  • Qu’est-ce qu’une Plume et une Aile ?
    Chez Edern éditions, nous avons choisi de nommer les auteurs / autrices des « Plumes », et les éditeurs / éditrices (au sens des personnes qui assurent le travail sur le texte en lien avec l’auteur / autrice), des « Ailes ». Cela répond à la fois à un souci d’écriture inclusive simple et à la volonté de marquer l’originalité de notre projet. Une « Plume » sera donc quelqu’un qui a déjà publié beaucoup, presque pas ou rien du tout (encore). une « Aile » sera d’office une Plume aguerrie, capable en plus d’accompagner le travail sur le texte. Mais même une Plume aguerrie aura une Aile pour relire son manuscrit et l’aider à le rendre le meilleur possible.
  • Proposez-vous des contrats ?
    Bien entendu. Toutes les collaborations sont associées à un contrat professionnel : avec les Plumes, les Ailes, les prescripteurs… Ces contrats ont été soumis à des experts juridiques et sont conformes aux usages en vigueur dans la profession, tout en tenant compte des spécificités de notre projet.
  • J’ai un projet de roman ou de récit mais je n’ai aucun don pour l’écriture, ou pas le temps
    Nous pouvons vous mettre en contact avec un.e écrivain.e professionnel.le qui pourra vous accompagner dans ce projet, soit en écrivant la totalité du texte, soit en retravaillant votre ébauche. Les termes de cette collaboration seront à définir au cas par cas (anonymat complet ou non de la Plume, processus, etc.) Contactez-nous pour plus d’informations : info@ederneditions.com.
  • J’ai publié plusieurs romans chez des éditeurs professionnels, mais ils sont épuisés ; puis-je les rééditer chez vous ?
    Oui, c’est un de nos objectifs : garantir la pérennité d’œuvres confirmées. Pour cela, vous devez d’abord récupérer vos droits. Il faut savoir que, jusqu’à récemment, une clause des contrats standards prévoyaient que les droits étaient restitués à l’auteur si le stock était épuisé et si l’éditeur refusait de réimprimer le livre. Aujourd’hui, avec la possibilité d’imprimer à la demande, cette clause est caduque et est le plus souvent remplacée par une clause de restitution des droits liée aux ventes (en dessous d’un certain montant annuel, ou sur deux ans, les droits peuvent être restitués à la demande de l’auteur). Normalement, les éditeurs ne font pas de difficultés à restituer les droits pour des textes publiés sous l’ancienne clause ; mais il est impératif de faire cette démarche. Il se peut que l’éditeur fasse la sourde oreille ; dans ce cas, un recours à un avocat peut être utile. Dans tous les cas, nous serons là pour vous conseiller et, dans la mesure de nos possibilités, de vous accompagner dans cette démarche. Une fois vos droits récupérés, nous serons en mesure de rééditer vos anciens textes. Pour cela, il nous faudra un fichier électronique du texte dans sa version définitive. Si ce fichier n’existe pas, il y a des solutions, que nous examinerons avec vous au cas par cas. Contactez-nous pour plus d’informations : info@ederneditions.com.
  • Combien vais-je gagner sur les ventes ?
    Contrairement à ce qui se fait dans l’édition classique, nous avons choisi de partager avec les Plumes et les Ailes le bénéfice net réalisé sur les ventes. Par bénéfice net, il faut entre le prix de vente HTVA - les commissions d’intermédiaires ou de prescripteurs - l’impression (pour les livres papiers vendus chez les libraires ou sur notre site). Ce bénéfice est partagé en deux, entre l’éditeur d’un côté, et la pair « Plume - Aile » de l’autre, selon une clé qui tient compte de la quantité de travail que l’Aile a dû fournir pour faire aboutir le texte. Dans tous les cas, la Plume ne touchera jamais moins que la moitié de cette somme, soit 25 %, et l’Aile jamais moins de 10 %. Dans le cas d’une réédition d’un titre publié auparavant chez un éditeur professionnel, il n’y aura pas d’Aile. Selon ses modalités, et en fonction de la nature du livre (papier ou électronique) ou du canal de vente (via un tiers ou via notre site), une Plume gagnera entre 21 et 180 % de plus sur un exemplaire que chez un éditeur classique. Quant à l’Aile (le directeur de collection dans l’édition classique), la différence oscillera entre 360 et 1.250 % (non, il n’y a pas de faute de frappe).
  • Rien n’est plus frustrant que de recevoir une réponse négative sans justification ni conseil. En quoi Edern éditions se différenciera des autres éditeurs ?
    Soyons clairs : si le manuscrit reçu est « mauvais » — écriture ou construction déficiente, etc. —, nous ne pouvons pas assurer une relecture attentive de l’ensemble du texte. Notre réponse visera alors à permettre à la Plume d’acquérir les techniques nécessaires pour faire aboutir son projet. C’est pourquoi nous avons pour slogan, concernant les Plumes débutantes : « Envoyez-nous un projet, pas un manuscrit ». Retravailler un manuscrit auquel vous auriez déjà consacré des mois, voire des années — sans parler de vos espoirs — est extrêmement difficile. Tout dépendra, au final, des faiblesses du manuscrit ; souvent, il s’agit d’erreurs récurrentes. Quelques remarques, un accompagnement individuel réduit permettra à la plume de reprendre son manuscrit et de l’améliorer. Quoi qu’il en soit, nous proposerons toujours une piste pour permettre de faire aboutir un manuscrit.
  • Mon livre sera-t-il soumis à des prix littéraires ?
    Comme indiqué dans la charte, nous privilégierons les prix qui acceptent des envois numériques, et nous sélectionnerons ceux où votre livre a de réelles chances d’être pris en considération.
  • J’ai déjà publié plusieurs romans ; puis-je suivre une formation ?
    Bien sûr ! Sans doute le module de base ne s’adresse-t-il pas tout à fait à vous, mais nous mettrons rapidement sur pied des formations ciblées, et vous pouvez bénéficier d’un accompagnement individuel pour un projet spécifique. N’hésitez pas à remplir notre formulaire pour nous faire part de vos attentes.
  • Pourrais-je participer à des salons du livre ?
    Ici encore, il faut être très sélectif : la plupart des « grands » salons littéraires donnent toute la lumière aux vedettes de l’édition et les autres ne servent que pour faire volume. Rien n’est plus désespérant que de rester assis derrière une table pour signatures pendant des heures sans rien signer. Il ne faut participer à un salon que si vous y êtes invité.e et qu’il y a une prise en charge par le salon ; cela implique une réelle implication des organisateurs et donc un réel intérêt pour vous. Par ailleurs, il y a de nombreux « petits » salons régionaux qui sont plus vivants et plus intéressants. Cela dépend de votre région ; vous pouvez donc nous solliciter et nous nous organiserons pour que vos livres puissent s’y trouver. Vous avez aussi la possibilité, par contrat, d’acheter des exemplaires de vos livres à un prix très bas (minimum 50 % de remise sur le prix de vente public), et de les vendre au prix officiel en conservant pour vous seul le bénéfice de la vente.
  • Mon projet est accompagné par une Aile ; à quel moment détermine-t-on l’accord de partage des droits avec elle est-il conclu ?
    La répartition des 50% entre la Plume et l’Aile (minimum 25% pour la Plume et maximum 25% pour l’Aile) dépend de la quantité de travail que l’Aile doit fournir. En fonction du projet, cette répartition sera déterminée à la signature du contrat mais pourra être modifiée, sous condition de l’accord des deux parties, au terme du travail (dans un sens ou l’autre). Le principe qui prévaut chez Edern est la confiance mutuelle et la bonne foi. En cas de désaccord pour une modification de la répartition, un membre de l’équipage pourra être appelé en médiation pour parvenir à un accord. Si aucun accord n’est conclu, la première répartition prévue par le contrat signé vaudra.
  • Les formations ne s’adressent-elles qu’aux débutants ?
    Non ; des formations spécialisées seront organisées pour répondre à des attentes spécifiques (un genre narratif particulier, une technique, etc.) De même, des accompagnements individuels peuvent être proposés à des plumes aguerries qui souhaitent approfondir tel ou tel aspect de l’écriture. Faites-nous part de vos attentes en matière de formation via ce formulaire.
  • Je n’ai jamais écrit mais j’en ai très envie ; que dois-je faire ?
    Si vous portez en vous un projet auquel vous tenez, mais que vous n’avez jamais écrit un texte de fiction, nous vous déconseillons vivement de vous lancer dans son écriture sans préparation. L’écriture, comme tous les arts, repose sur la maîtrise de certaines techniques. Si vous vous lancez sans filet, la probabilité est grande que vous aboutissiez à un texte qui n’aura aucune chance d’être accepté par un éditeur, quel qu’il soit, et vous serez confronté à un refus sans motivation. Vous risquez alors de vous tourner vers l’autoédition, ce qui vous coûtera beaucoup d’argent pour un résultat encore plus déprimant. Chez Edern, nous mettons en place des formations professionnelles, données par des Plumes reconnues, dotées en outre de capacités pédagogiques adaptées au public concerné. Plusieurs formules existent, selon vos besoins. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la page « formations » du site. Vous pouvez également nous contacter pour nous signaler votre intérêt dans l’une ou l’autre de ces formations.
  • Mon livre sera-t-il envoyé aux médias ?
    Ici encore, il faut bien comprendre la logique d’Edern éditions, telle que définie dans la charte. Tous les éditeurs vous le diront : le service de presse traditionnel, qui consiste en l’envoi par la poste de dizaines d’exemplaires, est un gaspillage terrible. Il y a de moins en moins de place dans les médias traditionnels pour la littérature, et cet espace réduit est pour l’essentiel occupé par les vedettes des ventes et des médias. De surcroît, l’impact des médias traditionnels sur les ventes est de plus en plus réduit. Donc, non, nous n’enverrons pas votre livre à des dizaines de journalistes ; mais nous constituerons un réseau, couvrant les médias traditionnels mais aussi les réseaux sociaux, en privilégiant l’envoi de livre électronique, mais en offrant à celles et ceux qui parleront de votre livre sur leur site ou les réseaux sociaux d’être dans la liste de nos prescripteurs, et donc de recevoir une rétribution sur les ventes via notre site, lorsque les clients les choisiront dans la liste des prescripteurs au moment de la validation de leur achat.
  • J’ai déjà un peu écrit, mais je ne me sens pas sûr.e encore et je n’ai pas le temps de suivre une formation
    Vous pouvez nous envoyer un petit dossier expliquant votre projet et montrant ce que vous avez déjà fait. Vous pourrez alors opter pour un accompagnement individuel sur mesure, avec une Aile que nous vous proposerons. Toutes les informations sur cet accompagnement se trouvent dans l’onglet dédié de la page « formations » du site. Vous pouvez aussi nous envoyer directement un formulaire.
  • Mon manuscrit a été refusé par plusieurs éditeurs renommés, bien qu’on lui ait accordé des qualités ; êtes-vous intéressés ?
    Oui, bien sûr. L’édition parisienne est aujourd’hui obnubilée par le succès et dominée par une « standardisation » des publications. D’excellents textes sont ainsi refusés. Nous lirons votre manuscrit et vous ferons part de notre sentiment strictement littéraire, ce qui est pour nous l’unique critère. Pour déposer un manuscrit, faites-vous membre du site et soumettez-le via le formulaire en ligne.
  • J’ai un manuscrit ou un projet ; comment sera-t-il évalué ?
    Dès réception, il sera confié à un membre de l’équipage qui en prendra connaissance et donnera une réponse dans les meilleurs délais.
  • Je publie un livre avec succès chez Edern éditions ; puis-je le publier ensuite chez un éditeur traditionnel ?
    Pourquoi feriez-vous une telle bêtise ? Si le livre a rencontré du succès chez nous, pourquoi voudriez-vous aller ailleurs ? Pour rappel, 70 % des titres publiés chez les « grands éditeurs » ne se vendent pas à plus de 1.000 exemplaires, et 50 %, pas à plus de 500. Tout livre publié chez nous fait l’objet d’un contrat, comme chez n’importe quel éditeur. Ce contrat lie l’éditeur ET la Plume. Les clauses pour mettre un terme au contrat sont plus larges et plus avantageuses que dans les contrats traditionnels ; par exemple, nous ne demandons pas de droit de préférence. Ainsi, après un succès chez nous, vous pourriez publier votre prochain livre chez un autre éditeur. À vous de voir si c’est vraiment intéressant pour vous !
  • J’ai publié plusieurs romans chez d’autres éditeurs et souhaite passer chez vous
    Bienvenue ! Envoyez-nous votre manuscrit. Nous le confierons à une Aile, car nous sommes convaincus que même les meilleurs d’entre nous doivent profiter d’une relecture et d’un accompagnement professionnel ; qui a écrit un texte n'en est jamais le bon lecteur. Contactez-nous pour plus d’informations : info@ederneditions.com.
  • Edern éditions m’a aidé à faire aboutir un manuscrit ; puis-je ensuite le proposer à un autre éditeur ?
    Tout dépendra du scénario initial ; si vous vous êtes inscrit pour une formation, vous serez tout à fait en droit de proposer votre manuscrit ailleurs. Dans les autres cas, et si nous avons marqué un intérêt pour votre manuscrit, le travail sera précédé de la signature d’un contrat prévoyant la publication chez nous, pour autant que le travail aboutisse à un état du texte satisfaisant. Dans le cas contraire, vous serez libre également de le proposer ailleurs.
  • Mon livre est vendu 20 € ; quelle part vais-je toucher ?
    Prenons pour principe que ce prix est HTVA. Chez un éditeur traditionnel, vous toucherez 1,6 € (8 % du prix de vente htva, pourcentage moyen de rémunération selon le Centre National du Livre français). Chez Edern, nous calculons le prix de vente de manière à ce que la marge nette sur les plateformes (en POD) soit de ± 8 €, ce qui donne une marge brute de ± 13 € via l’impression avec notre imprimeur et la vente via notre site. Via les plateformes, le couple « Plume-Aile » se partagera donc ± 4 €, ce qui veut dire minimum 2 € et maximum 4 € pour vous ; Via notre site, cela dépendra de plusieurs paramètres (présence ou non d’un prescripteur), mais le pourcentage à déduire de la marge ira de 22 à 35 %, soit une marge nette entre 10 et 8,5 €, soit donc entre 5 et 4,2 € à partager, donc une fourchette entre 2,5 et 5,5 € pour vous. Au final, cela représente un pourcentage sur le prix de vente qui oscille entre 10 et 25 %. Ces chiffres sont indicatifs et devront être adaptés aux valeurs réelles. Ils ne constituent en rien un engagement de notre part.
  • Mon livre sera-t-il en librairie ?
    Conformément au projet éditorial d’Edern éditions, nous refusons le principe de la distribution traditionnelle, qui pousse à des tirages excessifs et limite la durée de vie d’un livre à quelques semaines. Mais toutes les librairies pourront le commander, soit via la Sodis, soit directement chez nous, en achat ferme. De toute manière, rappelons ces chiffres : dans la chaîne traditionnelle du livre, avec des mises en place parfois énormes, 70% des titres ne se vendent pas à plus de 1.000 exemplaires, et 50%, à plus de 500. Cela signifie des centaines, voire des milliers d’exemplaires qui retournent chez le distributeur pour y être détruits. Voir son livre sur les tables des libraires fait plaisir aux Plumes mais ne fait pas spécialement vendre…
  • Puis-je prendre en main des formations ?
    A priori, oui ! Il y a différents types de formations ; discutons-en ensemble pour déterminer la meilleure solution. Il est important que ces formations répondent à des critères de qualité et de pédagogie élevés ; ainsi, pour chacune, un cahier des charges précis est établi, qu’il convient de respecter, tout en y apportant votre touche personnelle.
  • Combien vais-je gagner sur les ventes ?
    Contrairement à ce qui se fait dans l’édition classique, nous avons choisi de partager avec les Plumes et les Ailes le bénéfice net réalisé sur les ventes. Par bénéfice net, il faut entre le prix de vente HTVA - les commissions d’intermédiaires ou de prescripteurs - la fabrication (pour les livres papiers vendus chez les libraires ou sur notre site). Ce bénéfice est partagé en deux, entre l’éditeur d’un côté, et le duo « Plume - Aile » de l’autre, selon une clé qui tient compte de la quantité de travail que l’Aile a dû fournir pour faire aboutir le texte. Dans tous les cas, la Plume ne touchera jamais moins que la moitié de cette somme, soit 25 %, et l’Aile jamais moins de 10 %. Dans le cas d’une réédition d’un titre publié auparavant chez un éditeur professionnel, il n’y aura pas d’Aile. Sachant que, dans l’édition classique, le rôle de l’Aile s’apparente à celui d’un directeur de collection, lequel touche en moyenne 2 % sur les ventes, le bénéfice de l’Aile sera de 360 à 1.250 % supérieur à ce qui prévaut dans l’édition classique.
  • En tant qu’Aile, j’ai beaucoup travaillé sur un manuscrit et y ai apporté des apports personnels ; puis-je dès lors prétendre à être considéré comme co-auteur du texte ?
    A priori non, et une cession de droits moraux accompagne le contrat entre l’Aile et la Plume. Toutefois, s’il s’avère au final que l’on est vraiment face à un cas d’écriture à deux main, on pourra envisager, avec l’accord de la Plume, une modification de statut de l’Aile, qui deviendra dès lors deuxième Plume.
  • Je suis une Plume confirmée ; puis-je devenir une Aile à bord de l’équipage des Corsaires ?
    A priori, bienvenue à bord ! Il faudra évidemment que nous en parlions et que nous vous rencontrions, mais notre navire peut accueillir beaucoup de membres d’équipage ; et plus nous serons, plus nous pourrons couvrir de champs littéraires.
  • Qui sont-elles ?
    Ce sont des autrices et des auteurs confirmés, ayant déjà publié plusieurs textes littéraires chez des éditeurs professionnels, à compte d’éditeur, et capables de suivre une Plume dans le travail d’édition. Ils sont en outre des talents de pédagogue, sans lesquels toute formation serait impossible. Vous pouvez retrouver la liste de ces Ailes sous la section « équipage » de la page de présentation.
bottom of page